CounCelling

Agilité et intelligence collective au cœur des pratiques actuelles

 

agilité intelligence collective

Aujourd’hui, les modèles de management verticaux sont de plus en plus décriés. En effet, l’être humain devient de plus en plus central dans les entreprises. Bien que cela puisse paraître étonnant en ouvrant le journal et en voyant les nombreux licenciements opérés par certaines grosses entreprises, agilité et intelligence collective ne se sont jamais aussi bien mariées.

Quelle forme prend-elle et pourquoi intelligence collective et management doivent être liés pour avancer plus vite et plus loin ?

Définition : intelligence collective et agilité

L’intelligence collective est un concept que l’on retrouve dans toutes les communautés. Qu’elles soient humaines ou animales. En effet, l’intelligence collective est le fait de mettre en commun les différentes capacités et tous les savoir-faire d’un groupe dans le but de réaliser un projet commun. Ce qui est exactement la définition d’une entreprise.

L’agilité, de son côté, est un concept apparu aux USA dans les années 1990. À son origine, c’était une méthode de travail opérée par les unités spécialisées en informatique. L’objectif était de diviser un projet complet en petites tâches que chacun doit réaliser les unes après les autres. Chaque semaine, chaque membre du groupe doit dire où il en est et s’il a des points bloquants pour avancer. Le groupe peut donc ainsi réfléchir collectivement à la meilleure manière de passer les barrières pour permettre au projet complet de voir le jour dans les meilleurs délais.

Au fil du temps, l’agilité, le management et l’intelligence collective en entreprise ont évolué et sont même devenus des méthodes de travail qui ont dépassé la sphère de l’informatique.

Management de l’intelligence collective : les nouvelles façons de travailler

Hier, les entreprises étaient basées sur des échelons où chacun devait rendre des comptes à un supérieur. C’était un modèle assez strict où les employés faisaient ce qu’on leur ordonnait. Aujourd’hui, on a compris que, pour améliorer la motivation des salariés, il faut les impliquer dans un projet. C’est pourquoi on assiste à l’essor du management de l’intelligence collective.

Au sein de ce système, le manager n’est plus le donneur d’ordre d’autrefois. Il se transforme en une sorte de chef d’orchestre. D’un côté, il doit faire le lien entre les entités dirigeantes et les exécutants. De l’autre, il doit gérer la cohésion du groupe afin de pouvoir permettre aux personnes sous ses ordres de s’épanouir en gardant en tête l’objectif commun de l’entreprise et du projet sur lesquelles elles travaillent. Le tout étant de trouver le juste équilibre et d’être prêt à devoir prendre des décisions parfois difficiles.

Heureusement, aujourd’hui, les transformations technologiques des entreprises et l’arrivée d’outils collaboratifs aident les managers et les employés à se situer dans l’entreprise. Chacun peut savoir où en sont les autres d’un simple coup d’œil sur un tableau de bord mutualisé.

Dans les faits, la différence entre le management d’hier et le management de l’intelligence collective se trouve dans la place accordée aux dialogues inter-équipes. Cela afin de favoriser l’émergence de nouvelles solutions apportées par les spécialistes sur le terrain et non par les dirigeants qui n’ont pas forcément toutes les données pour bien comprendre les tenants et aboutissants d’un projet.

Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
YOUTUBE
YOUTUBE
LinkedIn