CounCelling

Après le management, vive le management situationnel !

Nous sommes tous différents les uns des autres, avec nos forces mais aussi nos faiblesses. Alors pourquoi mettre tout le monde sur un pied d’égalité quand il s’agit de management ? Le management situationnel propose une alternative efficace permettant de maximiser l’efficacité de vos collaborateurs.

Identifier vos collaborateurs

Le management situationnel, initialement mis en place par Hersey et Blanchard, part du principe qu’il n’y a pas de style de management idéal, mais des styles adaptés à chaque situation. Pour définir le style qui correspond le mieux à chaque cas, on va s’intéresser à deux critères, l’engagement et la compétence.

L’engagement va ici correspondre à la motivation et à la confiance en soi. De son côté, la compétence va inclure le savoir-faire et le potentiel.

Son utilité

Être plus souple dans son mode de management et l’adapter à chacun c’est s’assurer de développer les compétences des collaborateurs et de les guider vers plus de responsabilité. Les avantages pour l’équipe sont un gain de motivation et d’efficacité.

Son application

Pour pouvoir classer vos collaborateurs et appliquer le mode de management situationnel qui convient, il faut commencer par identifier leur niveau de maturité, dépendant de la compétence et de l’intérêt pour le travail.

  • Maturité faible : Un manque de connaissances nécessaires et une motivation faible.
  • Maturité moyen-faible : Toujours un manque de connaissances mais une motivation importante.
  • Maturité moyen-élevée : Des connaissances nécessaires, mais un motivation qui fait défaut.
  • Maturité élevée : Présence à la fois de connaissances nécessaires et d’une motivation forte.

Identifier le niveau de maturité de ses collaborateurs c’est pouvoir adapter son mode de management situationnel pour l’accompagner au mieux. C’est aussi un moyen de développer son autonomie et le pousser vers le niveau de maturité supérieur.

Adapter son style de management situationnel

En fonction du niveau de maturité, de la situation et des besoins, il est possible d’adapter son style de management situationnel avec les modèles suivants.

  • Management directif : Encadrer de près les collaborateurs jeunes, peu expérimentés et peu compétents. C’est aussi donner des ordres précis et individualisés tout en contrôlant régulièrement les avancées.
  • Management persuasif : Laisser un peu plus d’autonomie en expliquant le pourquoi et le comment des choses. Ne pas oublier de contrôler fréquemment les résultats.
  • Management participatif : Augmenter l’autonomie et associer le collaborateur à la prise de décision.
  • Management délégatif : C’est laisser la personne prendre les décisions et s’en informer après. En partageant la responsabilité, vous boostez l’initiative en accordant le droit à l’erreur.

Précautions à prendre

Attention à ne pas omettre les évolutions de comportements au sein de votre équipe. Un collaborateur peut évoluer en mieux, se former, gagner en intégration et en motivation, mais aussi en pire, par exemple avec l’intégration d’outils qu’il ne maîtrise pas.

Si vous souhaitez des conseils plus personnalisés, CounCelling est présent pour vous accompagner.

Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
YOUTUBE
YOUTUBE
LinkedIn