Et si les femmes étaient la clé du succès ?

Depuis longtemps, la presse parle de discrimination envers les femmes. Discrimination à l’emploi, salaire moins élevé… Pourtant, une étude vient de révéler que les femmes ont l’occasion de prendre leur revanche contre les entreprises. En effet, Anita Woolley et Thomas Malone ont réalisé deux tests afin de savoir qui des hommes et des femmes sont les plus efficaces dans le travail en groupe. Explications

Deux tests pour comprendre les relations dans un groupe

En effet, ce n’est pas un mais bien deux tests qui ont été effectués par une équipe de cinq chercheurs : les professeurs Wooley et Malone, accompagnés de Christopher Chabris, Sandy Pentland et Nada Hashmi. L’expérience a été conduite sur presque 700 personnes âgées entre 18 et 60 ans. L’objectif de ce test était multiple : vérifier si les groupes avec un haut QI obtenaient de meilleurs résultats que les autres groupes et constater si le sexe de la personne avait une influence sur les résultats. Le test avait plusieurs étapes. Tout d’abord tout le monde passait un test de QI, puis était réparti aléatoirement dans des groupes. Les chercheurs ont demandé à chaque équipe plusieurs tâches : du brainstorming, de la prise de décision, résoudre des puzzles et une tâche plus complexe. Et si le QI n’a finalement pas eu d’importance, le nombre de femmes dans un groupe a changé les résultats.

Les femmes, la solution au travail en groupe

Ce test a donc permis de valoriser les femmes. En effet, plus un groupe contenait de femmes, et plus celui-ci avait de meilleurs résultats. Une coïncidence ? Pas vraiment d’après les chercheurs. Trois facteurs ont été mis en lumière sur la performance des groupes : la “sensibilité sociale”, la répartition du temps de parole et la proportion des femmes dans le groupe. La sensibilité sociale correspond à la capacité à ressentir et respecter les émotions des personnes de son groupe. On peut la mettre en relation avec l’empathie. Plus la sensibilité sociale est élevée dans le groupe et plus les personnes se respectent entre elles, respectent les avis de chacun et progressent dans leur projet. Parallèlement un test prouve que les femmes ont plus d’empathie que les hommes.

Un bon groupe de travail sera donc mixte. Si la majorité des personnes du groupe sont des femmes, cela permettra d’être plus efficace. Mais les hommes peuvent également contribuer à la bonne réalisation du travail. Homme et femme ne partagent pas tout le temps la même vision. En revanche, la mise en commun de ces visions restera toujours un point positif pour mener à bien l’objectif.

Articles similaires 

Evaluations Google
4.9
×